Bulletin de Correspondance Hellénique Supplément 56

Les arts de la couleur en Grèce ancienne… et ailleurs

Approches interdisciplinaires

Sous la direction de Philippe Jockey

Format : 18,5 x 24 cm, 510 pages

Prix 80 €

Parution mai 2018

© École française d’Athènes - ISBN 978-2-86958-290-3

 

Nul ne doute plus aujourd’hui du rôle majeur qu’ont joué les couleurs et l’or dans la structuration des sociétés grecques antiques, au long des siècles. Tout suggère une passion grecque pour la couleur étendue à tout type de production (vêtements, vaisselle, cosmétiques, statues, édifices etc.) sur tout support, dans tous les domaines de la vie, funéraire compris. Mais que savons-nous réellement des arts de la couleur eux-mêmes, des matériaux et des savoir-faire qui ont fait son succès ? Peut-on en apprécier l’impact économique et social ? N’est-il pas urgent à présent de mesurer aussi les conséquences esthétiques d’une telle révolution polychrome ? L’incolore y trouvait-il malgré tout sa place ? Les couleurs étaient-elles filles d’illusion, y compris sur le plan politique ?

L’ouvrage aborde ces questions en toute liberté d’investigation interdisciplinaire. Il réunit pour cela spécialistes venus de tout horizon scientifique, archéologues, architectes, chimistes, conservateurs de musées, historiens, historiens de l’art, restaurateurs. Pour éclairer cette expérience grecque unique de la couleur, on a souhaité aussi la mesurer aux expressions qu’en ont explorées d’autres cultures, d’autres religions, à d’autres époques : Étrusques, Romains, Moyen Âge, Renaissance, époque contemporaine.

It is widely assumed nowadays that colours and gold played a major role in ancient Greek societies throughout the centuries. This Greek passion for colouring concerned any kind of production (clothes, glasses, make up, sculpture, monuments and so on), on any support and involving any aspect of life, death included. What do we really know about these Arts of colouring, their successful materials and processes themselves? Can we estimate their economic and social impact? Let’s assume also some urgency in reevaluating our aesthetic perception of Ancient Greek Art taking into account such a polychrome revolution. Did any colourless process exist in some way? Were colours daughters of Illusion, especially in their political use?

All these items are openmindedly explored in this book by means of different interdisciplinary ways, involving specialists from different scientific fields, archaeologists, architects, chemists, curators, historians, art historians and conservators. To enlighten this unique Greek experience of colouring, we compared it with other experiences led by other cultures and religions in different times: Etruscans, Romans, during the medieval period, the Renaissance and in present days.