Le MESRI vient d'informer que pour prendre en compte le retard pris dans la préparation des thèses dû à la pandémie depuis mars 2020 et l’augmentation de la durée de certains contrats doctoraux, il a été décidé de décaler le calendrier pour les candidats qui doivent soutenir leur thèse entre le 22 novembre 2021 et le 10 janvier 2022 inclus.

Ainsi les pièces justificatives doivent être téléversées dans l’application au plus tard le 15 décembre 2021 (16 h), excepté pour les candidats qui soutiennent leur thèse entre le 22 novembre 2021 et le 10 janvier 2022, qui auront jusqu’au 13 janvier 2022 pour le faire.

Le nouveau calendrier est sous ce lien.

Paris, le 18 juin 2021
Motion repyramidage
La CP-CNU, réunie en Assemblée Générale le 18 juin 2021, demande instamment que les attributions de promotion interne par voie temporaire dite de « repyramidage » soient réparties à parts égales entre l’instance nationale et les établissements.

Lire le communiqué

 

À une semaine de l’ouverture de la campagne de qualification 2022, le MESRI a modifié l’arrêté de la procédure d’inscription sur les listes de qualification aux fonctions de professeur des universités. En supprimant la qualification CNU et en confiant la gestion des carrières aux chefs d’établissement, il porte atteinte au statut national des enseignants-chercheurs et aux prérogatives du CNU :

« Art. 2-1. - Les candidats aux fonctions de professeur des universités ne doivent pas appartenir, en qualité de titulaire, à un corps de maître de conférences ou d'enseignant-chercheur assimilé au corps de maître de conférences. »

Voir JORF n°0199 du 27 août 2021.

 

Paris, le 18 juin 2021
Appel aux enseignants-chercheurs
La CP-CNU, réunie en Assemblée Générale le 18 juin 2021, dénonce les réformes et les projets de décrets en cours (modalités du recrutement, du régime indemnitaire et du repyramidage, etc.) qui représentent une attaque grave contre l’enseignement supérieur et la recherche publics. Ils mettent définitivement à mal le statut national des enseignants-chercheurs en confiant la gestion des carrières exclusivement aux chefs d’établissements et, en cohérence, en dessaisissant le Conseil National des Universités de ses prérogatives en le réduisant à une instance uniquement consultative sans rôle décisionnaire.
Elle alerte sur les conséquences délétères et les dérives possibles d’une gestion strictement locale de la carrière des enseignants-chercheurs.
Les sections du CNU refuseront de s’engager dans toute mission qui deviendrait purement consultative.
La CP-CNU demande à tous les enseignants-chercheurs de relayer cet appel. Elle les invite à défendre le principe d’une instance nationale à tous les niveaux dans lesquels ils interviennent.

Lire le communiqué

 

A la suite de la publication du rapport ministériel dit "Rapport Blaise-Gilli-Desbiolles" sur les procédures de recrutement des enseignants-chercheurs, la CP-CNU a diffusé un communiqué le 28 avril. Lire sous ce lien.
La CP-CNU précise par la voix de sa présidente : « Les décrets qui émaneront de cette concertation risquent d’aboutir à une transformation radicale et entièrement centrée sur les universités autonomes de l’Université française. Nous nous inquiétons du devenir du CNU, instance nationale et indépendante, dans la perspective de missions qui ne seraient plus que consultatives ou de suivi de carrière. C’est pourquoi nous demandons que ce rapport ne soit que le début d’une véritable concertation à laquelle participeront, autour d’une même table, les différents acteurs de l’ESR. »

 

Motion de la 21e section CNUe section CNU

Alors que la France se trouve dans une situation d’état d’urgence sanitaire, et que les enseignants chercheurs étaient pleinement engagés à répondre aux défis posés par cette situation inédite et à la détresse étudiante à laquelle le ministère a été sourd pendant des mois, la LPR a été votée sans aucune concertation avec le CNU ou les sociétés savantes qui représentent les enseignants chercheurs. La 21e section ne peut que constater et vivement regretter le mépris opposé par le ministère et le gouvernement à leurs demandes, à leurs propositions et à l’expression renouvelée de leurs inquiétudes et de leur opposition à ce projet de loi. De plus, les amendements qui y ont été ajoutés dans la précipitation ont directement remis en cause le CNU et ses missions.

La 21e section du CNU rappelle son attachement aux missions nationales du CNU, instance garante d’équité, d’impartialité, d’expertise et de collégialité dans l’appréciation des différents aspects de la carrière des enseignants-chercheurs. La manière dont a été mise en œuvre la fin du processus de qualification des MCF titulaires aux fonctions de Professeurs des Universités alors que le processus d’évaluation était déjà engagé a été brutale et méprisante. De nombreux collègues qui avaient déposé leurs dossiers pour évaluation, loin de se réjouir de n’avoir pas à être évalués par le CNU, se sont élevés contre l’arrêt subit d’une procédure à laquelle ils étaient attachés.

La 21e section, indignée par le traitement qui a été réservé à l’université, à ses personnels et à ses étudiants durant les derniers mois, demande instamment que le CNU soit étroitement associé à tout projet relatif à l’enseignement supérieur et à la recherche. Elle souhaite se comporter en force de proposition, et s’émeut de ne pas être considérée comme telle. La 21e section du CNU est prête à s’investir dans toute action qui soit à même d’assurer le traitement équitable sur tout le territoire de la République des étudiants de plus en plus nombreux qui y sont formés. Les dernières décisions, derrière une apparente recherche de compétitivité, suscitent une compétition de fusions et appels à projets qui organisent des inégalités croissantes entre établissements et entre territoires. Chronophages et coûteux, ces procédés multiplient les tâches administratives au détriment des missions de formation et de recherche des enseignants chercheurs au contraire des effets annoncés de promotion de la recherche française au niveau international.

La 21e section rappelle par ailleurs que les sciences humaines ont tout leur rôle à jouer dans une vraie promotion de la formation comme de la recherche. Leur rôle dans la formation à l’esprit critique et dans l’analyse des relations complexes entre environnement, activités humaines et interactions sociales est rendu plus visible encore par les crises actuelles.

Pour préserver l’avenir de la recherche et de l’Université nous restons mobilisés

Motion votée à l’unanimité, le 5 février 2021

 

Le communiqué est disponible ci-dessous et sous ce lien.

Communiqué du bureau de la CP-CNU
26 octobre 2020

Lors d’une audition au Sénat le 22 octobre dernier, Monsieur le ministre de l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports a affirmé qu’« il y a des courants islamo-gauchistes très puissants dans les secteurs de l’enseignement supérieur qui commettent des dégâts sur les esprits. Et cela conduit à certains problèmes, que vous êtes en train de constater ».

Monsieur Blanquer a réitéré ces propos dans plusieurs médias dans les jours qui ont suivi.

Le bureau de la Commission Permanente du Conseil National des Universités (CP-CNU) s’indigne de la tenue et de la teneur de tels propos, insultants pour la communauté universitaire. Ils traduisent une attaque et un mépris des fondements du travail universitaire, travail basé sur le débat et l’analyse critique. Ces déclarations, établissant un lien de causalité entre les activités universitaires et une actualité effroyable, constituent une accusation publique intolérable et non fondée.

 

Calendrier 2020-2021 du CNU disponible sous ce lien.

Attention, pour la Campagne d’avancement de grade – Report de la phase d’analyse des dossiers par l’établissement
Le calendrier de la phase établissement de la campagne d’avancement de grade des Enseignants- Chercheurs a été modifié suite à une demande de la Commission Permanente du Conseil National des Universités (CP-CNU). Les réunions des sections CNU auront lieu entre le 6 avril et le 4 septembre 2021 et les résultats seront publiés sur Galaxie le 8 septembre 2021.
Les candidatures au titre des établissements ne seront donc pas étudiées en juin comme initialement prévu mais en septembre-octobre avec une publication des résultats au plus tard le 29 octobre 2021.
Cette modification n’a pas d’impact sur la date d’effet de l’avancement de grade qui sera rétroactif au 1er septembre 2021.

 

La décision du Conseil constitutionnel sur la loi de programmation de la recherche est consultable ici : https://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2020/2020810DC.htm

La CP-CNU a réagi le 23 décembre, par la voix de sa présidente, Sylvie Bauer :

Deux articles (seulement) sont déclarés inconstitutionnels : article 38, instituant un délit réprimant l'intrusion dans l'enceinte d'un établissement d'enseignement supérieur, et article 42, relatif à l'importation et à l'exportation, à des fins de recherche, de restes du corps humain.

Pour celles et ceux qui le peuvent, nous vous proposons de nous retrouver le jeudi 14 janvier Place de la Sorbonne à Paris, où nous lirons une déclaration relative aux conséquences de la LPR sur notre métier. Nous allons annoncer cette action prochainement et vous enverrons le texte de la déclaration lorsqu'il sera rédigé.

 

Les principaux points abordés sont :

- l'absence de directives claires pour la rentrée
- l' "hybridation" et la "scénarisation", de fausses solutions
- l'augmentation des effectifs étudiants sans moyens supplémentaires
- l'examen de la LPR en procédure accéléré et l’absence de réel dialogue social

Lire ici l’intégralité du communiqué

Le bureau de la CP-CNU a publié dans le journal Le Monde le 19 juin 2020 une tribune sur la rentrée à distance. La CP-CNU, consciente des risques sanitaires encourus à cause du COVID et de la nécessité de maintenir un suivi des formations à distance dans le cas d'une crise sanitaire, s'inquiète de la préparation d'une rentrée "en distanciel" ou "hybride" et du risque de pérennisation de cours hors de la présence des étudiants. A la sortie du confinement, elle réaffirme son "attachement à des cours incarnés, à des campus habités et à la place du lien social sur lequel se fondent les activités universitaires".

La tribune est disponible sous ce lien.

 

La lettre a été adressée à la présidente de la CP-CNU par les membres du bureau de la section 70. Celle-ci ouvre une discussion sur la procédure 46-1, discussion que la CP-CNU souhaite reprendre collectivement lors de la prochaine assemblée plénière.

La lettre est disponible ici.

Communiqué du bureau de la CP-CNU du 7 novembre 2019

Le bilan de la mandature aborde les principales actions menées par la CP-CNU dans les dossiers suivants : PEDR ; CRCT ; Qualification ; Avancement de grade ; Suivi de carrière ; Changement de section ; Organisation du CNU.

Le texte intégral est disponible sous ce lien
.